Filter

Genre
Runtime
Local Release
Nationality
Language
Category

(Le Monde) Manfred Deix, caricaturiste autrichien - Welcome to Siegheilkirchen (french language)

Par

Publié le 28 juin 2016 à 16h11 - Mis à jour le 28 juin 2016 à 17h42

Défenseur du mauvais goût et du politiquement incorrect, le caricaturiste – sorte de Reiser autrichien – est mort samedi 25 juin, à 67 ans, des suites d’une longue maladie

Dessinés par lui avec un soin maniaque, ses compatriotes autrichiens étaient irrémédiablement laids, bêtes et méchants. Ils ont perdu l’un de leurs plus féroces critiques en la personne du caricaturiste Manfred Deix, mort samedi 25 juin, à 67 ans, au terme d’une longue maladie, dans sa région natale de Basse-Autriche, où il vivait en compagnie de son épouse et de leurs 37 chats.

Moins connu que l’écrivain Thomas Bernhard ou le cinéaste Michael Haneke, Deix a participé à sa manière, durant les années 1980, à la démolition de l’image sucrée que l’Autriche avait construite d’elle-même après la seconde guerre mondiale comme la patrie de Mozart et de l’impératrice Sissi – surtout pas celle d’Adolf Hitler.

Il prenait un malin plaisir à faire sauter la frontière du « politiquement correct », et plus encore celle du mauvais goût. S’il faut lui chercher une parenté en France, ce serait du côté de Reiser et de son « Gros Dégueulasse », plus que de celui de Wolinski ou de Plantu.

Il a donné des dessins à Charlie Hebdo en signe de solidarité après l’attentat meurtrier de janvier 2015 : la satire, écrivait-il, « a tous les droits et tous les devoirs » – à condition, ajoutait-il cependant, « de ne pas allumer des incendies ».

Mais au lieu du trait elliptique qui caractérise la plupart des caricaturistes, Deix s’était fait une spécialité de peindre en couleurs saturées, avec les plus affreux détails, ceux qu’il prenait pour cible : il ne manquait jamais un bouton d’acné purulent sur le visage de ses ados complexés ni une tache brune au fond des slips de ses vieillards cacochymes.

La signature de l’auteur

Et tous – c’était la « signature » de l’auteur – avaient des lèvres supérieures trop courtes, découvrant la masse rosâtre des gencives. Une particularité humaine qui l’avait frappé, assurait-il, pendant son enfance dans l’auberge de ses parents, où il passait le plus clair de son temps libre à actionner le juke-box et à observer en douce les clients.

Très tôt, il commence à dessiner, et publie, dès l'âge de 11 ans, une BD dans le journal ecclésiastique de Sankt Pölten, future capitale de Basse-Autriche, ville emblématique du poids écrasant de la démocratiechrétienne dans ce pays catholique. L'une de ses têtes de Turc préférées sera d'ailleurs, trente ans plus tard, l'évêque de Sankt Pölten, Kurt Krenn, dont les idées réactionnaires et la trogne rubiconde font une cible idéale pour l'enfant de chur « repenti » qu'était Deix.


Son savoir-faire pictural lui est donné par l'Ecole supérieure de graphisme, à Vienne, puis par l'Académie des beaux-arts. Il s'y lie avec son condisciple Gottfried Helnwein, devenu un virtuose de l'hyperréalisme. Mais alors que celui-ci émigre en Californie, Deix reste enraciné dans son biotope autrichien. Tout juste se rendra- t-il sur les rives américaines du
Pacifique pour y rencontrer ses idoles, les Beach Boys, et y épouser la femme de sa vie, Marietta, rencontrée à 14 ans, en Basse-Autriche évidemment.

A partir de 1972, il publie ses caricatures dans le magazine Profil, premie hebdomadaire à enquêter sur les scandales de la gestion socialedémocrate, longtemps occultés par le
charisme du chancelier Bruno Kreisky. Profil est aussi le premier média à révéler le passé, comme officier des services de renseignement de la Wehrmacht, de l'ex-secrétaire général des Nations unies Kurt Waldheim, alors candidat du parti démocratechrétien ÖVP à l'élection présidentielle de 1986.

Le scandale prend vite une dimension internationale, l'opinion autrichienne se scindant entre ceux qui y voient l'occasion de désavouer le passé nazi, et ceux qui préfèrent l'oublier. Deix est dans le premier camp : on lui doit des dessins cruels sur l'opportuniste Waldheim, élu président malgré la campagne déclenchée contre lui, mais traité en pestiféré par les pays occidentaux durant les six années de son mandat.

Exposé au Musée de la caricature La montée de la droite populiste et de son leader de l'époque, Jörg Haider, sera chez lui un thème récurrent, comme pour l'autre grand caricaturiste
autrichien, Gerhard Haderer. Il croquait aussi à l'occasion des personnalités de la politique internationale, telle Margaret Thatcher : la « Dame de fer » britannique apparaît en Marilyn Monroe, dans la célèbre scène du film Sept ans de réflexion, où l'air d'une bouche de métro soulève sa jupe.

En 2001, l'oeuvre de Deix publiée par des magazines allemands prestigieux comme Stern ou Der Spiegel entre au Musée de la caricature (www.karikaturmuseum. at), ouvert cette annéelà à Krems, au milieu des vignes qui bordent le Danube. Sous le nom de « Deix-Figuren » (« Figures à la Deix »), ses portraits grotesques ont même acquis droit de cité dans le temple de la langue allemande, le dictionnaire Duden. Une consécration pour ce fils d'aubergiste, auteur d'innombrables dessins et de dix-huit albums, dont le dernier, en 2015 : Tierwelt. Katzen.

Co (« Monde des animaux. Chats et compagnie »), rendait hommage à ses animaux favoris.

par Joëlle Stolz

https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/06/28/manfred-deix-caricaturiste-autrichien_4959999_3382.html

Go back

In order to be able to offer you the best possible service, we ask you to allow us by active consent to save your data in our customer database. You thereby agree that you will be always informed about news at Picture Tree International and you agree that your data can be stored and used for information campaigns of Picture Tree International such as mailings, e-mails, newsletters, etc.

At the e-mail address press@picturetree-international.com or by phone +49 (0) 30 420 824 816 you can revoke your consent at any time, request the modification and deletion of your data and request to receive our privacy policy. To send out newsletters we use the email marketing software "Cleverreach". A transfer or use of your data outside our company activities does not occur.

© 2022 PICTURE TREE INTERNATIONAL. All rights reserved.

player engine:

video type:

current level:

Sorry, item "sidearea" does not exist.